Articles parlant de Lee Gyeong-Young

Poison (Park Jae-Ho, 1997)

Il y avait du bon. Mais le film est le cul entre deux chaises, ne réussissant pas à choisir entre romance et film urbain et encore moins à harmoniser les deux. Et sans vraie mise en scène pour soutenir l’intérêt, l’ennui pointe son nez.