Articles parlant de John Woo

À toute épreuve (John Woo, 1992)

C’est trop thuné pour être strictement de la série B, mais ça en a le goût, la radicalité, et la modestie – au sens où John Woo abandonne le fantasme de mettre tous les tourments de l’âme humaine dans son film et se contente de ne faire qu’un actionner. Un actionner violent et sec, sans bout de gras, hyper généreux avec la pyrotechnie et proposant quelques scènes d’anthologie.

Le Syndicat du crime 2 (John Woo, 1987)

La scène finale est plutôt chouette, on aurait bien aimé une heure quarante du même calibre. Malheureusement, pas sûr que ce petit quart d’heure compense la médiocrité du reste.