Articles parlant de gore

Vampire Girl vs. Frankenstein Girl (Nishimura Yoshihiro & Tomomatsu Naoyuki, 2009)

Un peu comme pour The Machine Girl, regardez le trailer plutôt que le film.

Suicide Club (Sono Sion, 2002)

Le spectateur ne sait sur quel pied danser : Suicide Club, en bon film d’amour et de mort, est un film qui distille chez le spectateur un indicible et indélébile malaise.

Meatball Machine (Yamaguchi Yudai et Yamamoto Junichi, 2005)

C’est un genre qui a parfois tendance à recycler ses codes fondateurs, mais réjouissons nous le cyberpunk cinématographique nippon n’est pas mort. Gageons même qu’il trouve avec Meatball Machine un de ses plus brillants représentants – délirant et extravagant, mais surtout (à la surprise générale) vrai bon film.

Frontière(s) (Xavier Gens, 2006)

Du talent, c’est justement ce qui manque à Xavier Gens, dont on ne remettra en cause ni l’amour du cinoche de genre ni la volonté de bien faire. Reste qu’on ne n’apprécie pas un film sur sa seule note d’intention, et le Texas Chainsaw Massacre-wannabe est un « genre » demandant davantage à son réalisateur qu’une simple révérence au film de Tobe Hooper et au cinéma de genre des années 70.

Ido (Fujiwara Kei, 2006)

Ido est un grand film, véritablement jusqu’au-boutiste, probablement le plus beau que j’ai vu en 2007 et sans aucun doute le plus traumatisant – dix ans d’attente ne sont pas si cher payés si c’est pour se retrouver face à une oeuvre de cette trempe. Il est même probable que dix ans ne soient pas de trop pour s’en remettre.

La Colline a des yeux (Alexandre Aja, 2006)

Après Haute tension rien ne nous empêchait d’espérer que Aja fasse mieux.
Et Aja fait mieux, sans aucun doute : Haute tension était juste un mauvais film, pas de quoi en faire un fromage, mais La colline a des yeux est une merde sans nom.