Articles parlant de film policier

À toute épreuve (John Woo, 1992)

C’est trop thuné pour être strictement de la série B, mais ça en a le goût, la radicalité, et la modestie – au sens où John Woo abandonne le fantasme de mettre tous les tourments de l’âme humaine dans son film et se contente de ne faire qu’un actionner. Un actionner violent et sec, sans bout de gras, hyper généreux avec la pyrotechnie et proposant quelques scènes d’anthologie.

Le Syndicat du crime 2 (John Woo, 1987)

La scène finale est plutôt chouette, on aurait bien aimé une heure quarante du même calibre. Malheureusement, pas sûr que ce petit quart d’heure compense la médiocrité du reste.

8 femmes (François Ozon, 2001)

Il y avait vraiment de quoi en faire quelque chose : des actrices de standing, un scénar qui tient la route, des personnages avec des répliques bien écrites, des chansons, une direction artistique out-of-this-world,… il ne manquait pour sublimer cela qu’une réalisation qui fasse mieux qu’un téléfilm France 3 Nord-Pas-de-Calais.

Death Note + Death Note 2 (Kaneko Shusuke, 2006)

Pas beau, platement mis en scène, mâchant honteusement le travail du spectateur, parfois bêtement incohérent mais heureusement sauvé par la bouille craquante de la miss Toda. Vous m’aurez compris, sauf peut-être pour les fans du manga (quoique) et les pervers plus ou moins refoulés, ça vaut pas un bezef.

The Matsugane Potshot Affair (Yamashita Nobuhiro, 2006)

Ça sera jamais un film comique comme on l’entend dans nos contrées mais The Matsugane Potshot Affair reste assez drôle et intéressant, caustique parfois. Malheureusement il n’a pas la fraîcheur de Linda Linda Linda, ni son dynamisme naïf, sa légèreté et son formidable pouvoir d’immersion.

Truth or Dare (Kim Gi-Yeong, 2000)

Truth or dare rentre incontestablement dans la très convoitée catégorie « gros navet où y a vraiment rien à sauver ».