Avatar et le plagiat : romantiques contre voleurs inspirés

(aucun rapport, juste l’envie d’illustrer ce billet avec Daniel Clowes)

Ce matin sur France culture, dans Les nouveaux chemins de la connaissance, Marie Darrieussecq parlait, bien, du plagiat. Entre autres :

« Il me semble que beaucoup plus que le plagiat, ce qui existe [...] c’est l’accusation calomnieuse de plagiat. »

Et là (on ne parle que de ça en ce moment et je suis en train d’écrire un article dessus, forcément) je pense à Avatar, qui depuis sa sortie (et son succès ?) s’est vu accusé, parfois à tord et à travers et quoi qu’il en soit en tous sens, de plagiat.
Au menu, dénoncé de manière officielle : Call me Joe de Poul Anderson (traduit Jupiter et les centaures chez nous) et l’univers de Noon des frangins Strougatski (en particulier Disquiet) ; mais également, au détour de trollesques discussions sur le net, Le Nom du monde est forêt, Danse avec les loups, Pocahontas, Princesse Mononoke (et autres Miyazaki),… les Schtroumpfs aussi mais là je crois que c’est simple méchanceté.
Je ne m’amuserai pas ici à distinguer ce qui semble avéré de ce qui semble fortuit et de ce qui n’est que correspondances grossières (qui me laissent penser que pour certains, association d’idées = plagiat).

Et là je me dis, ok, le père Cameron est allé piocher ici et là, c’est indéniable, so what?
Mise en perspective avec les quelques millénaires de l’histoire de la littérature, de la fiction et de l’art en général, la notion d’oeuvre originale est un concept très récent et n’a rien d’un absolu. Ce n’est qu’à l’époque romantique (XVIIIe, XIXe siècle, soit même pas trois cent ans) qu’on commence à voir dans l’originalité et l’authenticité un critère d’appréciation de l’art, et que par conséquent que le plagiat devient moralement condamnable.
Auparavant, la réécriture de textes antérieurs était pratiquée par les plus grands (comptez les versions de, puisque c’est l’exemple que je prend toujours, Médée, d’Euripide à Corneille en passant par Sénèque) sans que cela porte préjudice à leur réputation, bien au contraire. Et, en actes (je développerai à l’occasion), c’est de cette école classique dont semble se revendiquer le film ; et par là même d’une vision de l’oeuvre ne mettant pas en avant la création personnelle originale mais la réécriture et la transmission de grandes figures prétendant à l’universalité.
C’est, de manière plus large, une idée forte d’une certaine culture geek actuelle (dans laquelle s’inscrit Avatar, qui y a d’ailleurs trouvé quelques soutiens inconditionnels), qui met volontiers en avant son intérêt pour les mythes et leur actualisation dans l’imaginaire contemporain.

Aparté 1 : Même une fois parfaitement établie ces notions d’auteur et d’oeuvre originale, on accepte toujours sans problème que Jean Anouilh écrive sa version de Médée (je capitalise sur mon exemple) mais ouhla, que Cameron pompe Strougatski ça c’est pas bien. Expliquez-moi la différence sur le pur plan de la création ? Aucune ? C’est bien ce que je me disais : ce qui cloche, ce n’est pas tant la prétendue paresse intellectuelle du plagiaire que les droits du plagié – que ce soit l’ego de l’auteur (droit moral) ou la cupidité de l’ayant-droit (droit patrimonial), en gros quelque chose de pas très glorieux.

Aparté 2 : Je laisse à certains le soin de pointer l’hypocrisie d’une industrie cinématographique qui d’un coté accepte volontiers ce genre d’approche chez leurs créateurs et d’un autre est extrêmement à cheval sur le droit d’auteur. Et inversement de ceux qui s’assoient sans complexe dessus quand il s’agit d’y voir une arme du grand capitalisme contre le petit peuple mais le brandissent tout aussi fort quand cette fois ils peuvent attaquer l’industrie en son nom.

En guise de conclusion, à la fois pour contrer ceux qui accuseront ma démonstration d’un passéisme qui la rendrait d’emblée caduque et pour y trouver des préoccupations plus personnelles (car je vous avouerai que le mythe je m’en tamponne), je me permets de citer William Burroughs. Un manifeste justement intitulé « Les voleurs » (en français dans le texte), aussi beau que révolutionnaire :

« Les mots, les couleurs, la lumière, les sons, la pierre, le bois, le bronze appartiennent à l’artiste vivant. Ils appartiennent à tous ceux qui peuvent les utiliser. Pillez le Louvre ! A bas l’originalité, à bas l’ego stérile et péremptoire qui emprisonne en même temps qu’il crée. En haut le vol – pur, cynique, intégral. Nous n’avons de comptes à rendre à personne.
Pillez tout ce que vous voyez. »

§ 31 commentaires sur “Avatar et le plagiat : romantiques contre voleurs inspirés”

  • AK says:

    J’aime beaucoup ton sens de l’auto-critique.
    http://insecte-nuisible.com/bl.....l-du-jour/

    ReplyReply
  • Epikt says:

    Je la sentais venir celle-là.
    Dans le cas de la couv de Chasse à l’homme, ce que je vois : 1/ le je-m’en-foutisme de la démarche (s’il réutilise, c’est pas parce que ça l’interpèle mais parce qu’il torche son truc en deux heures) et 2/ le résultat hideux. Ça me suffit pour qu’on ne parle pas de la même chose.

    Quand à l’auto-critique, c’est en effet un sujet sur lequel ma position a changé : pas ma faute, mais quand tu fais des études dans le livre on te glorifie l’auteur deux fois par jour, dans une conception très française (exception culturelle et cie), forcément ça déteint. Farfouille dans mes posts d’il y a 3-4 ans, tu dois pouvoir en trouver où je soutiens la position inverse.
    (cela dit, je réfute pas du tout la notion d’auteur, seulement l’originalité)

    ReplyReply
  • Guillaume says:

    de toutes façons, parler de plagiats (emprunts étant encore plus hypocrite) à propros d’un film qui a a justement été conçu comme lisible de façon universelle…… Compliqué de parler à tout le monde sans justement utiliser leur références communes. Ce qui est génant, pour les esprits chagrins, ce n’est pas tant les influences d’Avatar que son succès.
    Bizarre aussi de constater que tout cela passe mieux quand on emploie le mot hommage.

    ReplyReply
  • Gilles says:

    Surtout que l’adaptation n’est pas du plagiat. Avatar fait référence à de nombreuses oeuvres connues, bien, et alors ? c’est pas ça le plagiat. Le plagiat, c’est recopier le travail de quelqu’un et se l’approprier. Quand Jean Anouilh écrit sa version de Médée, il s’approprie pas l’oeuvre originale, il ne dit pas que c’est lui qui a écrit Médée à l’origine, il écrit juste une version. Comme on fait le remake d’un film, et un remake n’est pas un plagiat, c’est une adaptation. Les gens ont tendance à trop accuser à tort et à travers de plagiat tout ce qui fait un peu référence à autre chose. Dans le cas du roman qui reprend l’affiche de the Chaser, l’éditeur a certainement payé les droits pour utiliser l’image (probablement moins cher que s’il devait payer un artiste pour faire entièrement une couv’ lui-même, et s’il ne l’a pas payé, faudrait que les Coréens soient gonflés pour s’en plaindre…), ce qui certes n’enlève rien à laideur du résultat.

    ReplyReply
  • Epikt says:

    Attention, personne n’a parlé d’adaptation, ni de remake. Ton message est d’ailleurs très fouilli.
    Le fait est que justement Avatar n’est adaptation ou remake de rien, puisqu’il emprunte à trop de sources différentes. Ce qui ne l’empêche pas de plagier (juridiquement le plagiat est reconnu aux ressemblances, pas au différences).

    (pour l’affiche de The Chaser, je crains qu’aucuns droits n’ont été payés ; je pense même pas que l’éditeur se soit rendu compte de l’emprunt quand l’illustrateur le lui a proposé)

    ReplyReply
  • Epikt says:

    Puisqu’on parle de plagiat, Nanarland vient de mettre en ligne une chronique du dernier film de Bruno Mattei, Zombies: the beginning, qui est un décalque scrupuleux et zombifié de Aliens. De James Cameron ;)

    DO WANT!
    Ça a l’air génialissime.

    ReplyReply
  • Daylon says:

    oui et juste pour souligner la mauvaise foi légendaire d’AK, la vraie grande différence entre l’exemple de The Chaser (son affiche repompée) et Avatar (Pocahontas repompé), c’est la diffusion de l’image ou des thèmes dans la culture populaire.

    À force, la grande diffusion et la connaissance (je connais Pocahontas ou Alice in Wonderland sans avoir à prendre connaissance du matériau original) confine l’œuvre au mythe.

    Un exemple intermédiaire vu que je viens d’en sortir mon nez.
    Le Prestige de Priest. Maintenant que le bouquin a été adapté par les Nolan (avec l’autorisation de l’auteur, son agent etc.), si jamais, pouf, miracle, le film devient culte et infuse dans l’imaginaire collectif (voir Dick et l’adaptation très libre de Ridley Scott, vous savez, ce film avec le mec qui joue aussi Indiana Jones) alors on penche beaucoup plus vers le mythe.
    Mais il y a une étape à franchir. Comme un adoubement de l’auteur et une première adaptation “cadrée” et/ou une explosion de la popularité (non contrôlée, dominée par le nombre) (genre Harry Potter qui n’a pas attendu d’être adapté en film).

    … Si demain, tout le monde se passait le mot (de la même manière qu’un mec écrit maladroitement sur un forum et lâche un malheureux “MER IL ET FOU”) et repompait l’affiche de The Chaser, alors on basculerait vers le mythe, l’icône et le matériau collectif.
    C’est flou, on ne peut pas mesurer ce qui appartient à un auteur une fois l’œuvre produite, mais il faudra s’en contenter.

    (j’ignore si j’ai été très clair, là)

    ReplyReply
  • Plagiat ou pas, en effet, so what?

    En revanche, on peut se poser la question de savoir s’il s’agit d’une oeuvre qui revisite des archétypes (cf le post de Lionel Davoust sur le sujet) de manière nouvelle, intelligente ou profonde, si l’utilisation de mythes est un outil pour impliquer le spectateur et l’inviter à se remettre en question sur des thématiques ancestrales, ou s’il ne s’agit que de réchauffer sans audace une formule qui marche comme trame passive pour un spectacle bassement sensoriel.

    ReplyReply
  • Epikt says:

    Daylon > diffusé dans la culture populaire, l’affiche du Chaser modifiée c’est un meme, pas un mythe ;)
    (un mythe, il lui faut un minimum de sens)

    Sébastien > les mêmes questions se posent au sujet d’une oeuvre originale : est-ce intéressant, pertinent, etc ? est-ce purement mécanique ? ou simplement sans audace ni intérêt ?

    Guillaume (en retard) > je ne pense pas qu’on soit obligé de réutiliser un matériel et/ou une structure connus pour aboutir à quelque chose d’universel (pas d’exemple sous la main, mais “l’universel” c’est du genre à sortir du placard quand on ne s’y attend pas).

    ReplyReply
  • Epikt: Une oeuvre purement originale (si ça existe, c’est un autre sujet, et on s’en fout ici), ou du moins qui ne repose pas lourdement sur des archétypes populaires, aura d’autant plus de travail qu’il faudra recréer tout un cadre dans lequel installer le spectateur. Beaucoup de critiques d’Avatar (dont je fais partie) lui reprochent une approche utilitaire et paresseuse de récits connus, une base culturelle infaillible qui permet de se concentrer sur l’habillage (brillant), plutôt que chercher à la transcender ou en inviter une nouvelle lecture.

    Une vieille casserole déguisée et mise en forme avec brio mais sans nouveau contenu, plutôt qu’une vieille casserole réinventée pour servir une soupe originale. Par opposition à une nouvelle casserole, qui n’assure de loin pas autant un succès traditionnel.

    ReplyReply
  • Epikt says:

    Plutôt d’accord avec ça.
    Même si ce n’est pas ce qui m’a le plus dérangé ; j’ai trouvé que même si c’était parfois un peu facile ça fonctionnait parfaitement.
    Mais on s’éloigne du sujet (que le film soit bon ou mauvais, le plagiat ne me semble ni plus ni moins immoral), j’ai d’ailleurs porté aucun jugement esthétique sur le film dans ce billet (ça c’est pour la semaine prochaine).

    ReplyReply
  • Michael says:

    Dans le cas d’Avatar, l’appel au plagiat ressemble à une tentative mécanique de rationaliser un phénomène, en partant du principe qu’une oeuvre se créee selon une grille bien précise de codes et de règles théorisées-analysées à travers le temps. Mais là, on parle plus du mode de pensée d’un public que de l’oeuvre en elle-même.

    (c’est triste comme vision du monde, surtout dans le cas d’un film qui invite son audience à ouvrir ses yeux/ses sens/sa perception)

    ReplyReply
  • yooy says:

    Une oeuvre purement originale… mmmmh, on peut discuter longtemps sur le sens à donner à ce mot. Perso j’abonde dans le sens du père Neruda quand il affirme que l’originalité est un fétiche de notre époque sans réelle importance et que ce qui importe vraiment, c’est la personnalité de l’oeuvre (ou qui s’exprime dans l’oeuvre). Mais bon si nos mots diffèrent, nos pensées se rejoignent certainement.

    Quant à Avatar, a-t-il une quelconque personnalité? J’ai eu l’impression de voir un collage de lieux communs narratifs et visuels; un collage qui fonctionne très bien de ce fait mais qui a quand même besoin d’un déploiement spectaculaire d’effets spéciaux pour faire trace sur nos rétines, parce que dans nos esprits très franchement… à écouter les commentaires des camarades en sortie de salle je ne vois pas de quoi s’inquiète la droite religieuse américaine : Avatar est un divertissement au sens pascalien… mais allez dire ça à un de ces gars là :-)

    Quant au plagiat, je n’ai rien vu de tel dans le film… Le plagiat c’est encore autre chose qu’un simple défaut de personnalité (ou d’originalité) ou une série d’emprunt à un fond commun dans tous les sens du terme. Je dirai qu’un plagiat est constitué quand la personnalité d’une oeuvre est usurpée sans que rien de personnel ne lui soit ajoutée.

    Tient, et si on faisait une liste de plagiat au cinéma, histoire de se créper le chignon!

    ReplyReply
  • Epikt says:

    Tout à fait d’accord sur l’importance de la personnalité, plutôt que de l’originalité.

    (quand aux qualités d’Avatar, et pourquoi pas son potentiel subversif, comme dit plus haut on aura tout le loisir d’en parler la semaine prochaine)

    ReplyReply
  • MK says:

    Ton article est bien, juste et vrai.
    Tous les gens qui essaient de dire le contraire ne sont pas assez intelligents pour le comprendre ou sont de mauvaise foi (AK).

    Je vais donc le plagier à mort… non, je vais carrément en faire un copier/coller tiens, ça ira plus vite.

    ReplyReply
  • MK says:

    ah, et je me suis fait niquer. Je suis venu car je pensais que tu écrivais des insultes à l’encontre d’Avatar-le-film-le-plus-merdique-de-l’année.

    ReplyReply
  • El seseo en el Nuevo Reino de Granada (1550-1650).

    ReplyReply
  • Av. Guadalupe 743 (esquina Las Torres), Col.

    ReplyReply
  • Desde ya muchas grasias. Esta tasa de interés es fija.

    ReplyReply
  • Contribución a la Historia del Español americano.

    ReplyReply
  • Sujeto a la revia aprobación de crédito.

    ReplyReply
  • Solicitarr un préstamo por Internet es muuy sencillo.

    ReplyReply
  • These strategies are awesome’ I’ve only ever heard of Land of Nod! Definetly gonna check this out!

    ReplyReply
  • Nice answer back in return of this matter with solid arguments and explaining the whole
    thing concerning that.

    ReplyReply
  • If you are going for best contents like I do, just go to see this website daily as it presents
    feature contents, thanks

    ReplyReply
  • a says:

    Hi, this weekend is pleasant for me, for the reason that this point in time
    i am reading this enormous informative article here at my home.

    ReplyReply
  • Wow, that’s what I was seeking for, what a stuff!

    present here at this webpage, thanks admin of this web page.

    ReplyReply
  • a says:

    I’m impressed, I have to admit. Rarely do I come across a blog that’s equally educative and amusing, and let me tell you,
    you’ve hit the nail on the head. The issue is something
    too few men and women are speaking intelligently about. I’m very happy
    that I found this in my hunt for something concerning this.

    ReplyReply
  • ensaio says:

    Nowadays we all observe distinctive faiths but have the exact same motive of doing
    so! In truth, each individual religion has its have
    tradition. Faith is the highway through which a single traverses unto his final
    terminus! This desired destination is the identical for all, however the paths may
    perhaps ‘seem’ really different. It is just
    due to the fact we have established that gradient.
    A freeway continues to be a freeway in India so does
    it in Europe, the variance just remaining that
    it is named differently listed here than there!
    Every single a person of us is somewhere or
    the other interconnected in this multifarious relation of being a ‘Human’.

    Faith is a way to focus on our religion or
    deity. It helps us lowering the evilness
    in the modern society. Religion keeps us in close proximity to to
    the lord. Faith in its correct sense is a lot additional than what
    the mortal words could ever blabber! The human nature is but very dynamic, as however
    the gurgling stream flowing from the ‘top of a
    mountain’, currently being chaste from the origin, flowing o’er crests
    and troughs, mingling with mud, pouring down the steep edge of the boulder and vanishing into the ‘cosmic
    reservoirs’! All results in being serene once again and flows in the
    harmony of nature!

    ‘Unity is Strength’. As did the ‘Pangaea’ bifurcate, so did the human race.
    Humanity is not regional or nationwide, it is a world-wide
    point of view, but right now we verify to be what we should not have at any
    time imagined in our wildest of the wild dreams! Today there are 7 continents,
    196 nations and above two lakh cities with
    Thousand-billion individuals dwelling in there! With the passage of time people commenced to develop all the suggestions about
    faith. Countless religions ended up devised, all loaded with appealing stories and principles, all derived from the ‘ubiquitous nature’
    of the mankind! Each of which kept on expanding as did the
    case of ‘every atom’s origin’! Day to day thousands of
    new cobwebs get weaved close to, adding to its intricacy!

    The like and humanity, reworked into hatred and selfishness!
    The faith which taught righteousness, enjoy, unity, humanity and
    the staunch willingness of accomplishing the obligations obtained de-thrown by the so-termed wits or
    to be extra precise, the ‘priests’! The centre of lifetime altered from ‘duty to deity’!
    The downfall of humanity was provided the ignition which later has leaped throughout the world burning down all the
    goodness of the modern society to ashes!

    When our thirst was not quenched even immediately after having divided into so quite a
    few different religions we nevertheless broke it down into the castes!

    It are not able to have but devastating outcomes!
    How ironic it seems to divide a solitary extensive path
    into a many narrower paths which eventually hinder the passage of
    the motor vehicles alone! Certainly when the immortal Gods just take a hand in this make a difference they are not able to do but weep or rescind
    this ‘illusive earth of illusions’!

    Caste system is a main barrier of our society
    today. We truly feel awfully proud of obtaining secured a high
    rank in technological improvements and the industrial development across the globe, but in fact all that that
    is there is just a enhance to the actual existence of the individuals!

    The chief ideas of the ‘golden era’ demonstrate to be very important and eternal as lengthy as the adult men would survive.

    India before was divided into 4 principal castes, i.e.
    Brahmin, Kshatriya, Viashya and Kshudra. The four Vedas
    are the foundation of the Hindu faith. The ‘Vedas’ stated that,
    “It is the Brahmins who have been born from the mouth of the GOD, Kshatriyas evolving from the arms, Vaishias from the thighs and finally the Kshudras from his toes.” Brahmin in change has 84 bifurcations!
    The roots of this procedure have penetrated deep into the
    culture! And it was no one other than persons like you and me who
    formulated and penned down the Vedas! Well the Vedas are nothing but the reflection of
    the feelings and beliefs of the folks of that age!
    It is an unavoidable reality that “Nothing in this planet is permanent but Transform”.
    Just offering it all a bit of thought may well guide us to conclude that with the passage of
    time and the arrival of thoughts, the common concepts must be revived and subjected to improve!
    We need to replicate to find out, why we do adhere to our
    religious scriptures so a lot that we tend to forget
    about the day we are living in!

    The caste technique is existing even these days! Diffusion and osmosis are the normally occurring procedures,
    which ‘nullify the gradient concerning the significant and the low’.
    Consequently the ‘Law of Nature’ teaches us to be in harmony
    and quash all the distinctions amongst every single other, but our adamant character does not let us to do that!

    The better caste individuals seem to be to have a trouble
    with the decreased caste persons and vice-versa! It results in being virtually impossible to prosper in an environment which has practically nothing to do
    but abuse every other!

    ‘Love’ a 4-letter phrase, is far more strong than the even the
    most damaging Hydrogen bomb on this Earth. When the angels communicate in the heaven they won’t have any other
    phrase sweeter and much more powerful than this! Love has the invincible electrical power to
    suppress the most violent of the wars or rage
    one particular of ‘em! The entire world would have been mind-boggling with contentment and
    prosperity currently, only and only if we even tried
    to hear to the mellifluous beats of our coronary heart!

    The framers of the Indian constitution had the ambition to see its citizens touch the optimum of peaks in the earth in all
    spheres of daily life. 1 of the pretty original legislation made
    was ‘Abolition of Un-touchability and the introduction to Aarakshan for the original ten years’.
    The two of these rules have been manufactured to unite the persons of India and operate for the
    ‘Betterment of India as a entire and not on their own individually’.
    The hearts and minds of the individuals of India had been stuffed with so
    significantly of filth that they couldn’t accept the new ideology.

    And it is rather pure to deny to a little something that opposes an age
    previous personalized! But the ultimate truth is that ‘Nothing is long lasting but
    Change’. We need to have to be continuously pondering
    above the latest affairs, our customs and the
    way of existence, rationally! Then and then can we guarantee the perfectly-getting of the society, as there is constantly a thing or
    the other to resuscitate!

    ReplyReply
  • Thanks for some other informative blog. The place else
    could I am getting that kind of info written in such a
    perfect method? I’ve a venture that I am simply now operating on,
    and I’ve been at the look out for such info.

    ReplyReply
  • § Laisser un commentaire

Bienvenue sur le blog de l'Insecte Nuisible.

Coulisses du site, annonces, réactions à chaud et bla-bla en tout genre.

Sur l'article

Articles Similaires

  1. Plagiat + Photoshop Disaster = le moment LOL du jour
  2. La confrontation asymétrique dans Terminator 2
  3. L’invulnérabilité (ou pas) du T-1000
  4. Tout le contraire du billet d’avant