l’illusion du « cinéma coréen enragé »

19 février 2010 § 3

Ouais, je sais, je réagis encore une fois à la bourre (d’autant plus inexcusable que Pierre du blog d’en face en avait parlé à l’époque) mais je viens tout juste de mettre la main sur n°223 (octobre 2009) de Mad Movies, où se trouve un article d’Olivier Lehmann intitulé « La Corée enragée ». Un article qui n’a rien de particulier, mais qui a le don de m’agacer.
(et quitte à être en retard, j’ai attendu de finir mon article sur des « films coréens improbables » pour mettre en ligne celui-là, car ça va bien ensemble je trouve) » Lire la suite «

Sono Sion pré-Suicide Club

11 février 2010 § 7

Sono Sion étant présent en France le Week-End dernier pour la projo de Love Exposure et Suicide Club au festival Voir l’invisible, nous avons comme il se doit le droit à quelques interviews. HKmania a publié la sienne (en particulier des news intéressantes sur Cold Fish, le film qu’il tournera pour Sushi Typhoon) et Le Grand BaZART devrait bientôt faire de même (edit : en fait il s’agit du même mec que Tomblands). Si vous en connaissez d’autres, balancez en commentaire.

Cela dit, n’étant pas forcément friand des détails biographiques, ce qui m’interpèle le plus se trouve dans celle accordée à Tomblands :

Aux États-Unis, un coffret de DVD intitulé Avant Suicide Club qui comprend tout ce que j’ai fait avant mon film Suicide Club va bientôt être distribué. On y trouvera des films comme I Am Sono Sion, Bicycle Sighs ou The Room. Tous mes premiers films.

Une seule chose à dire : SUGOI!!!!!!!

Edit : liens vers les interviews de Sancho et Nolife.

(merci à Morgan pour l’info)

la suite de Bzjeurd à télécharger

10 février 2010 § 2


Il y a quelques années je vous ai parlé de Bzjeurd, très chouette roman d’Olivier Sillig. L’auteur en avait écrit une suite, Kazerm, restée inédite. Jusqu’à aujourd’hui, puisqu’il la propose désormais en téléchargement, gratos en plus.

Plutôt que de paraphraser, je reproduis son mail :

L’année de la première parution de Bzjeurd (1995), j’ai écrit une suite, actuellement inédite, peut-être parce que trop crue pour les éditeurs.
Suite à un récent article qui établissait un lien avec Bzjeurd, je viens de lire “La Route”, le roman de Cormac McCarthy (2006). J’ai été stupéfait par l’analogie de situation, mais plutôt entre “La Route” et “Kazerm”, la suite inédite de Bzjeurd. Cette analogie m’a simplement confirmé que, dans notre imaginaire, nous, humains, étions tous cousins, sachant aussi imaginer le pire.
Comme “Kazerm” demeure inédit et que je m’occupe actuellement de mes textes plus récents, j’ai décidé de mettre “Kazerm”, provisoirement, en libre accès et texte intégral sur le Net.
Olivier Sillig, février 2010

Vous pouvez donc télécharger Kazerm au format pdf.
(quand à Bzjeurd, qu’il est à priori préférable de lire avant, il est toujours dispo à L’Atalante et en poche chez Folio SF)

à Deauville au moins y a la mer

4 février 2010 § 16

Il est de bon ton de taper sur le festival de Deauville, et je m’en priverai pas aussitôt la programmation dévoilée (et que dire de quand j’aurais vu les films !). Et souvent quand on nous dit « Deauville c’est tout pourri » on l’accompagne souvent d’un « Vesoul c’est trop cool ». Et en effet, si c’est le coté clinquant pour que dalle de Deauville qui gène, Vesoul semble en être le parfait opposé.

J’avoue ne jamais avoir mis les pieds à Vesoul de ma vie. Mais à regarder les programmations et palmarès, ça ne m’a pas l’air mieux que Deauville, au contraire.
Rendez-vous compte, jamais eu le moindre film japonais en compétition depuis que la catégorie « films en compétition » existe (2005). Cette année, il n’y a même pas le moindre film jap contemporain au programme (à part deux films d’animation, par ailleurs déjà sortis en salles). Scrogneugneuh. Pour un truc sensé présenter les « Visages des Cinémas d’Asie Comtemporains », c’est fort de café.

Le palmarès, qui vient de tomber, est un grand moment de lol.
On y récompense Machin et Truc « pour leur engagement courageux et talentueux au service de la liberté », et un film est primé « pour sa critique touchante des défauts de la bureaucratie et des exclus de la société, de manière ni sentimentale, ni agressive », « pour l’originalité de l’imagination du réalisateur dans sa description des petites gens et des animaux pour souligner l’inhumanité de la guerre » ou encore « pour sa capacité à traiter des conséquences de la paupérisation des fermiers du Maharashtra ».
Pas la peine d’être extralucide pour voir venir à 500 kilomètres le cinoche festivalier tiers-mondiste.

Soyons honnête, un film primé intrigue, Animal Town de Jeon Kyu-hwan, primé « pour sa représentation franche des horreurs de la vie citadine moderne [ce qui reste lol], soutenue par une mise en scène expérimentale et sincère et un jeu audacieux des acteurs [ce qui commence à donner envie] ». On va essayer de voir ça et on en reparle.
(malheureusement, il ne fait pas parti des films qui seront repris en avril à l’auditorium du Musée Guimet)

photo : un marché au poisson au Bengladesh

(promis, le prochain post ne sera pas un truc bileux, car ça commence à bien faire d’être de mauvaise humeur)

Bienvenue sur le blog de l'Insecte Nuisible.

Coulisses du site, annonces, réactions à chaud et bla-bla en tout genre.

Mais où que je suis ?

Vous parcourez la liste des articles publiés en février 2010.